lundi, juillet 24, 2017

AU CHILI, MOBILISATION CONTRE LE SYSTÈME DE RETRAITES PRIVÉES

[ Cliquez sur l'image pour l'agrandir ]


L’héritage néolibéral du pinochétisme occupe encore le devant de la scène. En 1981, sous la houlette de jeunes économistes formés à l’école des Chicago Boys des États-Unis, dont José Piñera, ministre du Travail de la dictature et frère de l’ex-président multimilliardaire, Pinochet réformait le système de retraite. Il a alors imposé aux salariés un modèle de pensions privées basées sur des comptes individuels par capitalisation. 
 PLACE D'ARMES À SANTIAGO DU CHILI
LUNDI 24 JUILLET 2017 

 « NOUS NE VOULONS PLUS DES AFP »
Trois décennies plus tard, la facture ne passe plus. Une nouvelle manifestation devait avoir lieu hier à Santiago contre les AFP (administratrices de fonds de pensions). Ces six fonds de pensions privées gèrent à eux seuls la bagatelle de plus de 150 milliards d’euros, dont un tiers est soigneusement confié à des entreprises et entités nationales et internationales telles que la Banque Santander, Falabella, ou encore Aguas Andinas (Eaux andines).